« Alternative » maintenant disponible dans toute bonne librairie

livre WFLe livre est disponible soit directement chez l’éditeur , soit dans toute bonne librairie. Au plaisir d’en discuter avec vous.

Résumé du livre

Faut-il le rappeler? La Wallonie-Bruxelles va mal sur le plan socio-économique. Quelques éléments de réflexion.

  • La croissance de la Wallonie-Bruxelles stagne.
  • Le taux d’emploi augmente à peine.
  • La circulation en voiture dans les grandes villes : catastrophique.
  • 1 train sur 4 en retard. Les trains roulent aujourd’hui plus lentement qu’en 1990.
  • Le RER : 20 à 25 ans de retard
  • Le photovoltaïque : en faillite financière – 3.5 à 4 milliards de dérapage budgétaire.
  • La gestion des centrales nucléaires : On ferme, on ferme pas, on fermera peut-être.
  • Le prix de l’électricité : un des plus chers d’Europe.
  • L’enseignement obligatoire : tous les indicateurs sont au rouge depuis au moins 15 ans.
  • Les places dans les crèches : un manque criant.
  • Les tunnels et viaducs bruxellois : dans un état lamentable faute d’entretien.
  • La pollution dans les grandes villes : la Belgique vient de se faire condamner par l’Europe.
  • La justice: le plus haut magistrat de Belgique, Jean de codt, en mai 2016 ici à la RTBF dit que la Belgique se rapproche d’un état voyou: Et après ? rien.
  • Le Forem n’atteint pas ses objectifs depuis plus de 5 ans malgré plus de 4.300 collaborateurs.
  • Etc…

25 % du livre Alternative est consacré à détailler ces constats. Mais alors qu’est-ce qu’on fait ? Et je me suis aussi posé cette question comme des milliers de Wallons et Bruxellois, je crois.

Ma réponse, elle est  en 5 points :

  • Cette situation n’est pas une fatalité. D’autres régions d’Europe ayant subi une crise industrielle comparable à celle qu’a subie la Wallonie ont retrouvé des niveaux de prospérité remarquable.
  • Les partis traditionnels PS, CdH, MR, et en partie Écolo, sont responsables du marasme socio-économique dans lequel nous sommes plongés. La situation que nous vivons est due à une mauvaise   gestion, à de mauvais choix stratégiques posés par nos dirigeants politiques, au manque d’éthique à grande échelle et au système oligarchique mis en place. Des hommes politiques sont plus préoccupés à rester en place que de gouverner au bénéfice du peuple et cela au moins depuis ces 60 dernières années. Car oui… il y a près de 60 ans que la crise a commencé en Wallonie-Bruxelles. La politique et l’administration sont les seuls endroits ou ceux qui font du mauvais boulot peuvent continuer à sévir… tranquillement et très longtemps.
  • Les solutions raisonnables existent.
    Nous avons identifié plusieurs chantiers stratégiques nécessitant des réformes  structurelles profondes. Ces réformes sont à notre portée mais elles vont remettre en cause le pouvoir de l’oligarchie socio-économico-politique au pouvoir. Ceux-là même qui prennent les décisions aujourd’hui.
  • Rien ne s’améliorera sans une révolution citoyenne.
    N’espérons rien de la classe politique actuelle, la rupture ne viendra que si la société civile et socio-économique l’impose.
    Voyez Publifin, le kazakgate, … la tension médiatique est retombée. Les dossiers sont enterrés.
    Les acteurs principaux de notre société sont puissants à bloquer tout mécanisme de changement qui s’attaquerait aux intérêts des groupes dont ils se revendiquent.
    Les conservatismes sont forts et traversent toutes les couches de la population tant à gauche qu’à droite, dans tous les milieux. Rester en place à tout prix, maintenir sa zone de confort même au détriment d’un grand nombre…. Voilà l’objectif inavoué mais si prégnant des acteurs principaux de notre société. Ceci au mépris de résultats concrets insatisfaisants pour la majorité. Parfois (souvent) leur ambition de puissance et d’enrichissement personnel prend le pas sur la gestion correcte de la chose publique. Tout le monde se souvient de l’invective de Di Rupo à l’adresse « des parvenus » de son parti. Sans doute, conviendrait-il de l’étendre bien au-delà du PS. Pour porter ses fruits, cette révolution devra s’attaquer à ces arrangements entre amis ou amis-ennemis souvent conclus sur le dos bienveillant d’un Etat providence à bout de souffle aujourd’hui.
    Si l’on souhaite agir pour l’émergence d’un autre projet de société, induire les changements dont notre société a besoin, la solution passera par la prise de pouvoir citoyenne et par l’émergence d’un mouvement suffisamment lourd électoralement pour qu’il puisse peser sur le pouvoir en place.
  • Le livre s’arrête à la première phase de cette révolution citoyenne: informer, conscientiser, fédérer…

 

 

En passant | Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « Alternative » maintenant disponible dans toute bonne librairie

  1. Georges Grignard dit :

    Bonjour,

    Félicitations pour la publication de votre livre que j’ai déjà commandé.

    Puis-je vous suggérer de changer sur votre blog le triangle jaune « bientôt disponible » en « disponible » ou « disponible dès maintenant » ?

    J’ai hâte de lire votre livre. 😊

    Cordialement,

    Georges Grignard

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s