Des balises

La transformation dont notre société a besoin est d’une ampleur incroyable.Il va falloir rompre avec des mécanismes obsolètes et inefficaces mais qui, aujourd’hui, conviennent à une grande partie de l’establishment politico-économique.

Des mesures multifactorielles de véritable rupture s’imposent. Mais des mesures de ce type induiront fatalement une autre société.

Pour que chacun sache où on l’emmène et à quoi servent les efforts qu’on lui demande, il faut non seulement définir des objectifs mais aussi se donner les grands principes d’action et de références qui serviront de balises à toutes les prises de décisions par les dirigeants politique.

Gouvernance

  1. Intransigeance sur l’éthique des mandataires politiques.
  2. Qu’elle vienne de droite ou de gauche, peu importe pourvu qu’elle soit efficace pour le plus grand nombre.

L’initiative privée comme moteur de l’économie

  1. L’initiative privée aussi bien pour les activités marchandes que non marchandes constitue le moteur de la prospérité. Elle doit donc être privilégiée quand il s’agit d’établir notre stratégie économique. L’Etat veillera que les fruits de cette prospérité soient correctement répartis.

Principes de gestion de la chose publique

  1.  Vouloir choisir entre entreprises publiques ou privées est un débat idéologique stérile. Ce qui compte, ce n’est pas de privatiser les entreprises publiques, c’est le modèle de gestion qui y est appliqué. Et là il n’y a pas photo, la gestion de type privé est plus efficace que la gestion de type publique au sens traditionnel. La gestion de type privé doit donc être privilégiée tant pour les organisations marchandes que non-marchandes.
  2. Une culture de l’évaluation à intervalles réguliers des mesures prises et avec des réajustements si nécessaire.
  3. L’union fait la force. Une synergie forte entre Wallonie et Bruxelles.
  4. Favoriser une véritable représentation démocratique y compris par la consultation populaire régionale.

Rôle de l’état

Contrairement aux préceptes néo-libéraux, l’Etat doit conserver ses pleines prérogatives en ce qui concerne sa capacité d’agir sur les mécanismes économiques. L’Etat a 3 rôles principaux :

  1. Assurer un rôle de régulateur fort qui défend les plus faibles et notamment en limitant le pouvoir d’influence de la finance et des grands groupes multinationaux et en favorisant les contre-pouvoirs.
  2. Fixer les objectifs macroéconomiques à atteindre, le cadre et les limites que la société ne souhaite pas dépasser, notamment la valeur maximale des inégalités sociales tant en ce qui concerne les institutions publiques que les autres acteurs économiques.
  3. Faire les investissements adéquats en termes financiers et humains (à la hausse ou à la baisse) dans les organismes publics dont il a la gestion pour en assurer la pérennité financière et l’efficacité

Il n’a pas à intervenir comme acteur économique sauf si l’initiative privée est absente ou insuffisante.

Principal objectif macroéconomique : le plein emploi

Il convient de réduire la prééminence de l’indicateur PIB au profit du taux d’activité pour piloter notre région.

Principes de vie en commun

  1. Une société équilibrée basée sur l’équité. Les mêmes chances pour tous.
  2. A côté de la société des droits, instaurer une société des devoirs.
  3. Une société qui assume pleinement sa solidarité avec les plus faibles mais qui refuse l’assistanat selon l’adage : Apprendre à pêcher plutôt que donner du poisson.
  4. Une société qui stimule l’autonomie, la responsabilisation. Une société où ceux qui s’en donnent davantage s’y retrouvent davantage.
  5. Une société ouverte aux diversités culturelles, religieuses, linguistiques, sexuelles, mais qui affirme et défend les valeurs occidentales démocratiques et d’égalité hommes-femmes, séparation des sphères publique-privée, etc…
  6. Une société qui encourage la prise de risques normaux.
  7. Une société en rupture avec le consumérisme effréné.
  8. Une société qui stimule la créativité, l’innovation, l’initiative, les relations interpersonnelles, le travail en réseau et la communication.
  9. Les décisions politiques doivent transparentes, simples, compréhensibles par la population

Sauvegarde de l’environnement et de la santé publique

Les décisions politiques doivent tenir compte du développement durable, à savoir prendre en compte nos besoins actuels et ceux des générations futures, tant en termes écologiques qu’en termes de santé publique.