L’école sans tabou

Présentation1

Notre école est bien malade mais des solutions existent. Sorti en 2015, ce livre reste d’actualité, il suffirait de lui ajouter un chapitre sur le Pacte d’excellence.

Quasiment tout le monde s’accorde pour dire que l’école se porte mal… Comment en est-on arrivé là ? Mon hypothèse est que les autorités politiques ne visent pas prioritairement la qualité de l’enseignement mais plutôt de faire des économies et d’afficher des statistiques de réussite. Pour y arriver, elles publient de multiples décrets, dont le fameux Décret Missions, le Décret Inscriptions, le Décret inspection et tutti quanti. Malgré tout cela, l’école peine à obtenir des résultats. Alors, nos autorités augmentent encore le contrôle sur les directions et les enseignants, prennent des mesures linéaires identiques pour tous, imposent aux jeunes les mêmes acquis et les mêmes rythmes d’apprentissage.

Bref, l’école ne décolle pas ! Pour lui donner des ailes, ce livre fait quelques propositions :

  • Rendre aux enseignants l’autonomie pédagogique qui leur a été confisquée depuis pas mal d’années.
  • Organiser des évaluations externes de deux niveaux de difficulté au moins pour permettre à chaque élève de se confronter au niveau qui lui convient le mieux, sans pour autant brader les exigences.
  • Transformer le calcul du NTPP (nombre total de périodes professeurs) en ETP (équivalents temps-plein) et engager les enseignants pour des temps pleins ou des mi-temps plutôt que des heures de cours.
  • Décloisonner les cours et les journées pour permettre aux enseignants de faire face aux tâches quotidiennes de plus en plus nombreuses et diversifiées.
  • Alléger et simplifier les programmes.
  • Amener les enseignants à envisager un véritable changement dans l’école.