Une « Autre Voie »

Des recettes libérales pour un projet social

Visons des solutions concrètes et qui donnent des résultats. Et celles-ci se trouvent tantôt à gauche, tantôt à droite. Soyons pragmatiques, faisons ce qui est intelligent et ce qui marche. Mettons en œuvre une « autre voie » qui allie le meilleur du libéralisme : le dynamisme, la responsabilisation individuelle, la récompense de l’effort, qui libère l’enthousiasme, qui booste les individus et les organisations, qui remet en cause des procédures obsolètes, qui met en avant la primauté du résultat. Et le meilleur du socialisme : le souci de la cohésion sociale, de la défense des plus faibles, de l’équité sociale, de l’ascenseur social, de la juste distribution de la richesse produite…

Vers quoi voulons nous aller (la finalité) ?

« La seule chose qui compte est le bien-être des individus » Paul De Grauwe

Cette autre voie vise à fournir du travail « fair-trade » au plus grand nombre ; à mettre les structures publiques au service de la population et non au service d’elle-même ; à assurer le financement et le fonctionnement d’une sécurité sociale chargée non pas de redistribuer les richesses produites vers les plus défavorisés mais qui a pour mission de remettre en selle les gens accidentés de la vie.

Une autre voie qui accueille vraiment[1] des populations étrangères mais qui défend fermement nos valeurs et notre mode de vie.

Une autre voie qui finance le pouvoir judiciaire et le réforme vers plus d’efficacité et plus d’équité.

Une autre voie qui organise la région en termes d’urbanisme, d’éducation, de cadre juridique, de mobilité, de politique de sécurité, etc… de telle façon à favoriser des liens sociaux et la convivialité.

Une autre voie qui réoriente notre modèle socio-économique vers une transition dite écologique.

A l’inverse, rejetons la bureaucratisation, l’immobilisme, l’exacerbation des différences, l’aliénation de la population aux valeurs marchandes, l’inefficacité…

[1] Vraiment, car entre-ouvrir nos frontières aux immigrants sans les accompagner pour qu’ils s’intègrent vraiment, générera des situations de tension communautaire propices à alimenter la propagande raciste sans profiter de la vitalité que cette population peut nous apporter.